Notre analyse de la crise

Une crise d’abord Sanitaire,…

La France vit dans un premier temps une crise sanitaire majeure

Un virus qui n’a plus rien à voir avec la grippe saisonnière et qui bloque 3 milliards de personnes confinées à la maison

Il faut raison garder, le paludisme en Afrique tue 405 000 personnes par an pour 228 millions de malades en 2018 mais il ne concerne pas les pays économiquement avancés, l’Afrique compte 94% des décès.

Cette crise révèle la vulnérabilité d’un monde occidental arrivé a son apogée de complexité technologique mais  instable : crise biologie, terrorisme, mouvements religieux et politique radicaux, migrations…

Cette crise bio mondiale est évidement une crise de la globalisation des échanges qui, par ailleurs, a fait la richesse économique de l’Europe

… qui se traduit en crise Economique et bientôt financière …

La crise sanitaire sera suivie d’une crise économique et financière brutale qui affectera le PIB de la zone euro

On parle déjà de Plan Marshall après le coronavirus

La fermeture des usines, l’accélération du commerce à distance déjà en boom, vont profondément impacter le commerce et les modes de consommation

Plus que jamais les entreprises deviennent des acteurs sociaux responsables/ Ne pas jouer l’intérêt général serait une erreur éthique, stratégique et économique

Pour cela, nous Kea et Partners nous nous engageons

… avant d’interroger notre / nos Raison d’être

Le Coronavirus  montre déjà sinon la faillite au moins les failles des systèmes de protection que paient les populations et de l’Europe à se protéger collectivement

Le renoncement des populations à faire confiance aux institutions internationales (Europe) et aux politiques qui les dirigent sous le mode du débat et probablement l’émergence de populismes locaux fort et de radicalismes religieux qui étaient déjà latents pourraient être le corollaire de cette crise

Une situation insurrectionnelle de type gilets jaunes serait alors possible. Le ressentiment déjà présent du précariat (Guy Standing) éclatant d’une manière ou d’une autre après le confinement

La composante écologique/ responsabilité sociale du dirigeant et de l’entreprise devient déterminante

Le digital et la Data au service de l’intérêt général et non au service de quelques GAFAs sera un des tournants de cette crise, (Amazon en quête de respectabilité sociale se rêve déjà un destin de logisticien sur le mode de la Croix-Rouge, Facebook est devenu LE lieu de la socialité dans le confinement…)

Les manières de se penser individuellement, collectivement, de consommer vont muter de manière accélérée : consommation ‘safe’, digitalisation, responsabilité des entreprises vont devenir des enjeux majeurs

Le « care » et l’intérêt général vont devenir un comportement majeur à prendre en considération au-delà des seuls soignants et décideurs politiques

​Pour cela, Kea s’engage.